Nina Errante: figure de la féminité en devenir

Lors du quatrième jour du festival nous avons visionné Niña Errante.C’est l’histoire de quatre filles qui apprennent à se connaître lors du décès de leur père. Un long voyage commence, ayant pour but d’amener Angela, la plus jeune, chez leur tante à l’autre bout du pays. Émouvant, touchant et réaliste ce long-métrage à été sélectionné en compétition.

Le film débute sur un plan aérien de l’actrice principale qui se baigne dans une rivière. Le plan suggère l’immensité de l’étendue de ce qu’elle ne connaît pas. Rubén Mendoza fait le choix de plans rapprochés, au plus près du personnage en pleine découverte  de sa féminité et de son intimité.  Par les couleurs chaudes de l’image,  le réalisateur parvient à transmettre l’atmosphère, le climat de la Colombie où se déroule l’action. Dans tout le film, les hommes ne sont que des figures du danger et le réalisateur ne leur accorde que très peu pas la parole. Par choix, le réalisateur confie la parole aux seules femmes qui parlent d’une voix douce dans une langue espagnole sensuelle.  L’objectif à fleur de peau sur les personnages féminins, femmes et jeunes filles placées au milieu de la nature  renforcent l’idée de sensualité. Par sa mise en scène le réalisateur fait rencontrer ses personnages, fait évoluer les relations entre ces soeurs qui se découvrent. Il joue par exemple de la symétrie, lorsque la plus petite des 4 soeurs recherche un modèle auprès de son ainée. 

Très réaliste ce long-métrage décrit les épreuves que peut rencontrer une jeune fille durant sa vie. Les images crues et frappantes, en particulier une scène d’agression, ramène le spectateur au débat actuel sur les violences faites aux femmes. Le film porte également un message féministe : lorsque Angela,  découvre, étonnée, les protections hygiéniques, c’est le public qui ressent une légère gêne. L’auteur lui n’a pas de tabous.

Le film a donc réussi à mêler le fond et la forme pour former un bouquet de tendresse, de sensualité et de féminité pour le plaisir des spectateurs.

Amandine HUBERSON

Amandine JERRAM

 

A propos de webjournaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.