« A Kind of Magic » par Dimitri Lerendu

A Kind of Magic est un film en couleurs, produit en 2017 par Neasa Ní Chianáín avec David Rane. Le film est un documentaire irlandais tourné en Irlande. La réalisatrice à voulu retranscrire le bonheur vécu d’un de ses fils, dans une école particulière.

Dans le documentaire John et Amanda Leyden sont les personnages principaux avec certains enfants qui sortent du lot. En version originale sous-titrée en français le film marque beaucoup l’esprit : j’ai revu mon enfance, les forts, les constructions dans les arbres, etc.

En Irlande, Headfort, la seule école primaire qui propose un internat, recueille des enfants avec différentes cultures et nationalités ; par exemple il y a des enfants qui sont français, espagnols bien sûr irlandais mais bien d’autre encore, ce qui donne l’impression que le lieu est magique. Les enfants sont présentés en tenue réglementaire, ce qui peut laisser penser qu’il s’agit d’un établissement strict, mais bien au contraire la joie de vivre est présente ainsi que le respect entre tous qui est très fortement mis en avant. Par exemple, une petite fille qui joue au ballon, se met à tirer mais elle loupe. Le ballon arrive au pied d’une autre fille, Eliza, qui n’est encore pas bien intégrée au groupe, de suite la première petite fille, Barbara vient s’excuser et insiste sur le fait que le tir ne lui était pas destiné. Les garçons sont aussi très soudés, tout comme les filles ; une complicité se fait très présente dans cette école. Quant à John et Amanda, la passion du métier prend le dessus, il leur est impossible d’imaginer leur départ en retraite.

Mais les choses se compliquent car la maison où ils logent actuellement ne leur appartient pas. En effet, le terrain où se situe la maison appartient à un agriculteur et il ne souhaite pas garder la maison car elle ne lui est pas utile. Amanda étant super proche de ses chiens elle se réfère beaucoup à eux, elle les félicite, les réconforte, leur parle, ils sont sa deuxième raison de vivre. Dans l’établissement où sont Amanda et John, un problème survient. Une petite fille désignée comme référente du dortoir des filles n’arrive pas à s’intégrer. Elle ne parle pas beaucoup, n’est pas trop sociable. John et Amanda se rendent très vite compte de ce que la fille ressent. John décide donc de l’intégrer au groupe de musique qu’il dirige. Ce groupe se trouve dans un semblant de cave avec des instruments, un ordinateur, de la peinture sur les murs et surtout plein de bouteilles partout. Seuls les élèves turbulents peuvent y accéder sinon John s’ennuie, l’élève sage n’intéresse pas John, de plus cette salle fonctionne selon une hiérarchie : si un élève maitrise les tâches ménagères, il peut devenir artisan, s’il exerce bien ce métier d’artisan, il peut intégrer le groupe de musique. Mais entre chaque étape l’élève doit passer un entretien qui permet de situer le poste de l’enfant, par exemple John estime que les enfants qui savent bien chanter doivent pratiquer une autre activité. Ceux qui ont le plus de difficultés sont les musiciens. Dans ce film les élèves partent de rien pour finir avec la maîtrise de plusieurs genres musicaux. Concert, soirée, rock’n roll sont les mots d’ordre de John. Du côté d’Amanda, elle prépare une pièce de théâtre avec les enfants pour la fin d’année : un moment important pour les passages en école supérieure. C’est très difficile pour certains enfants ; l’apprentissage se fait difficile car Ted, un des enfants, est dyslexique. Mais Amanda ne baisse jamais les bras pour l’accompagner. A la fin du film on voit Amanda et John se retirer au moment des adieux entre enfants et professeurs. Ce qui laisse penser que c’est la fin pour eux.

Dimitri Lerendu

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.