«A KIND OF MAGIC» ou Harry Potter à Summerhill par Gérard Bouhot

«A KIND OF MAGIC» ou Harry Potter à Summerhill

Harry Potter a pris de l’âge. Il s’appelle désormais John Leyden et enseigne avec son épouse Amanda, charmante sorcière de la pédagogie de Summerhill, au sein d’un imposant manoir devenu établissement scolaire huppé à Headfort en Irlande.

C’est ce qu’on pourrait croire en regardant ce bijou alliant magie, pédagogie, connivence et humour dans un documentaire intitulé «A Kind Of Magic» et réalisé par Nasea Ni Chianain et David Rane. Un titre qui n’a pas été aisé de trouver, selon les dires de la réalisatrice, devant la difficulté à refléter l’ambiance particulière d’un établissement, austère au premier abord. Une école au sein de laquelle les mots d’ordre résonnent comme des invites à se prendre en charge, à avoir confiance en soi, à oser, à être tout simplement.

Plus d’une heure et demie de documentaire auquel on accroche d’emblée, grâce à ce couple d’enseignants sorti d’un autre âge : John et sa passion pour la musique rock qu’il transmet avec rigueur et maestria à ses élèves, Amada et son amour du théâtre qu’elle fait partager aux jeunes lors de la mise en scène de Hamlet. Deux personnages que l’on suit avec intérêt, admiration même, tant leur engagement auprès des élèves nous déconcerte. Et on se remet à penser à notre scolarité pas toujours heureuse…

Le sérieux du sujet – le couple est attentif notamment aux parcours de Ted, d’Eliza, élèves en difficulté – n’est aucunement altéré par les réparties de John et Amanda, maniant habilement l’humour comme la craie au tableau. Ce sont les scènes du cadeau à Amanda, des répétitions musicales ou théâtrales, les déclarations de John du style «On manque d’oxygène sur cette planète, on ne va pas en gâcher pour faire des mots…» qui donnent le dynamisme à ce voyage entre les murs de Headfort. Sans oublier le rôle du principal qui nous raconte sa révolte et ses chemins de traverse lorsqu’il n’était qu’élève à Headfort.

Ajouté à cela des images superbes – le parc sous la brume qui nous renvoie à des clichés de Hamilton -, «A Kind Of Magic» nous comble de plaisir, même si ‘on peut regretter que ce petit coin de paradis ne repousse pas ses limites plus loin. On aurait aimé en effet vivre pareille aventure et construire des cabanes dans les arbres pour apprendre ce qu’est la vie. 

Gérard BOUHOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.