interview du réalisateur Jessé Miceli

Wanda et moi,  avons eu l’opportunité de pouvoir interviewer le réalisateur Jessé Miceli sur son long métrage de fiction « affluents ». Malheureusement, notre interview n’a pas pu être enregistré convenablement, nous devons  donc nous en tenir à un résumé. Tout d’abord, la présentation du film. Affluents met en œuvre trois protagonistes, Songsa, Phearum et Thy au cœur du Cambodge. A travers les sublimes paysages  du Cambodge, se révèle en réalité trois hommes qui tentent de survivre dans un monde de plus en plus urbanisé. Durant tout le long du métrage , les personnages expriment très peu leurs sentiments et sont silencieux. En réalité, le film est principalement centré sur les images.

A présent,  je vais résumé l’interview. Durant cette interview, Jessé Miceli a fait part de son ressenti sur son tout 1er film et de comment ce film a pu être réalisé.


Pourquoi avoir choisi le Cambodge ?

Si le film est aussi bien réalisé, c’est parce que Miceli a vécu 8ans au Cambodge,  en réalité ça ne devait d’être que de simple vacances de quelques semaines qui c’est transformé en 8ans :  » je n’ai pas vu le temps passé ». C’est un véritable coup de foudre qu’il a ressenti pour ce pays, son dynamisme et sa population chaleureuse.

De plus, le Cambodge est un pays très intéressant de part ses magnifiques et magiques  décors mais aussi par son histoire , le Cambodge est un pays dont la population est très jeune c’est pourquoi le film est réaliste car il représente des parcours qui pourrait exister même si ce ne sont que des personnages fictifs.

– Avez vous une scène favoris, qui vous tiens à cœur ?

Jessé Miceli n’a pas de réel scène favoris, c’est dans sa globalité qu’il admire son film mais pour anecdote, la scène lorsque les personnages dansent sous la pénombre a pu lui  marqué.

– Comment avez-vous sélectionner les musiques du film ?

La musique est très présente durant le film, le film se déroule au cœur de la capital à Phrom Penh, c’est une ville vivante, animé par la musique.Le genre musical le plus utilisé est le contemporain, genre très écouté par les jeunes et les musiques des années 60 qui d’ailleurs sont très jolies et douces.

Avez-vous eu l’opportunité de diffuser votre film au Cambodge ?

Jessé Miceli a pu diffusé Affluents au Cambodge et les réactions des habitants étaient très positives.Le film a marqué les cambodgiens car il relève du réalisme,le fait de confronter les protagonistes en charge du foyer, de la famille montre les réels conditions présentent. C’est un film masculin qui appui sur les clichés, les femmes sont en retrait, elles restent à la maison. Le Cambodge est un pays très conservateur.

– Pourquoi « Affluents » comme titre ?

« Affluents » représente pour Jessé Miceli où  tous se rejoint, comme le fleuve de la vie. Dans le film le sens de « se rejoindre » correspond au fait que le destin des personnages est de se rencontrer, la vie les a conduit à se rencontrer comme ci cela était inévitable.

Pour conclure cette interview, Jessé Miceli nous a donner des conseils aux personnes qui voudraient être dans le domaine de la réalisation.Être réalisateur n’est pas simple et le parcours pour y parvenir est mouvementé,le seul conseil que Miceli a donner: « il faut s’accrocher en ce qu’on croit » tu n’as pas besoin de grands matériaux pour filmer, le principal c’est les idées. Et par ailleurs, l’accessibilité  aux matériaux tel que les caméras ou bien les sites de montages sont de plus en plus simple d’accès…

blondel maelys

                          

                                                            

 

 

                                                                                                           

A propos de webjournaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.