L’école qui vient : Une réflexion poussée et instructive sur l’éducation à venir.

Le vendredi 8 Novembre 2023 avait lieu  au petit matin une table ronde sur un sujet plus que crucial au sein de  nos sociétés actuelles : « l’école qui vient ». Pour l’occasion, le festival recevait Philippe Champy, membre du Comité d’Interpellation sur le Curriculum et auteur du livre « Contre l’Ecole Injuste ! », pour discuter du sujet avec Cintia Indarramendi, maîtresse de conférence à l’université Paris 8 en sciences de l’éducation.

La conférence abordait des thèmes variés, mais la contrainte temporelle faisait qu’il était compliqué de se pencher clairement sur tous, handicapant parfois la réflexion. Néanmoins, plusieurs de ces thèmes et sujets étaient particulièrement bien traités, et notamment le sujet concernant les systèmes scolaires à l’international. Cintia Indarramendi commença par nous détailler le projet politique de Javier Millei concernant le système scolaire argentin, et donc nécessairement l’avenir de ce système mit en péril par l’ultralibéralisme de Millei, et particulièrement sur la privatisation et la commercialisation du système, qui seront mises en place par le président d’extrême droite dans les années à venir si il suit son programme. Il était particulièrement intéressant d’observer que le but rechercher par les intervenant(e)s n’était d’alerter sur ce qui pourrait potentiellement arriver en France, mais bien de mentionner une tendance globale de régression et de libéralisation du système éducatif à travers l’exemple de l’Argentine.

Par la suite, la discussion tourna autour du système scolaire français, et les différents intervenants dressèrent un constat plus que morose de la situation actuelle : furent notamment mentionnées l’absence de démocratie au sein de l’école, et notamment pour les collèges et lycées qui étaient au centre de la discussion, et la liberté pédagogique à travers l’exemple des manuels scolaires et de la liberté d’édition les concernant.

Les nouvelles réformes annoncées par le ministre de l’éducation nationale Gabriel Attal furent brièvement évoquées, et ce fut l’occasion pour Philippe Champy de mentionner la nécessaire révolution du système éducatif français. Par la suite, les deux spécialistes se penchèrent sur les rapports PISA qui établissent la baisse significative du niveau en mathématiques et en français des élèves entrant en seconde. Pour les intervenant(e)s, ces rapports sont totalement déconnectés de la réalité et ne sont en rien représentatifs de la situation. Comparer le niveau d’élèves qui sont les sujets d’un système éducatif totalement différents d’un pays à l’autre est complètement dénué de sens, puisqu’en outre l’apprentissage de la lecture et de l’écriture diffère selon les cultures et les états, étant donné qu’une langue phonétique comme l’espagnole est beaucoup plus simple à lire qu’une langue non phonétique comme le français. Aussi, les résultats de PISA sont faussés, de part également la présence très haut dans le classement de pays d’Asie dont les méthodes éducatives sont très différentes, ou de pays scandinaves qui exercent des politiques en matière d’éducation également différentes de la France.

Ainsi, la conférence s’articulait en deux temps puisqu’après ce constat peu reluisant dressé par les deux intervenants et par Régis Guyon, l’animateur de la conférence, on passait directement à un temps de réponse aux problématiques posées en amont. De ce fait, un élément ressorti rapidement de ce temps de réponses : la nécessaire introduction de la démocratie à l’école.

Enfin la conférence s’est close sur un petit laps de temps utilisé pour répondre aux questions du public, qui permit aux conférenciers d’éclairer certaines interrogations laissés par le discours très technique de la conférence.

Les discussions, les débats et les interrogations qui animèrent ce temps d’échange furent très constructifs, et ainsi des réponses concrètes furent apportées à des questions très actuelles.

Maxence Girod-Fagard, Lycée François Ier Le Havre.

 » Contre l’école injuste ! «  Première de couverture de l’ouvrage de Philippe Champy et Roger-François Gauthier.

A propos de Web journaliste 2023

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.